Saint Gilles

Commune aux portes de la Camargue qui doit son nom au moine Gilles l’Ermite, grec d’origine, dont l’abbaye bénédictine garde le tombeau et qui fut un des plus importants lieux de pèlerinage de la chrétienté au XIIe siècle.

L’église de Saint Gilles est d’art roman avec 3 pilastres ornés de sculptures, des tympans avec des frises qui racontent la vie du Christ depuis les Rois Mages jusqu’aux apôtres, les parties basses portent des scènes de l’Ancien Testament.

Église Saint Gilles du Gard

Port de mer, sur le petit-Rhône, prospère jusqu’à la fondation d’Aigues-Mortes, en 1240, venaient à Saint Gilles les pèlerins en foules de toute l’Europe.
Les pèlerins sont si nombreux qu’en 1116 on décide de démolir l’église majeure et 2 autres églises pour bâtir une nouvelle abbatiale à déambulatoire au-dssus d’une église base monastique.

Pendant les guerres de religions, en 1562, l’église est démolie par les protestants huguenots.
Seules, la crypte et la façade échappent à la destruction.
La façade est restaurée de 1842 à 1868.

Saint Gilles est un haut lieu de pèlerinage sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle et de Saint Pierre de Rome.