Arc-de-Triomphe

1813

L’arc atteint 19 m de haut.

1814

Interruption des travaux à la suite du retour des Bourbons.
Les évènements remettent tout en question.

1823

Huyot et Louis-Robert Goust reprennent les travaux et font la voûte d’ogive devant supporter le dallage supérieur et les voûtes à caisson de la grande arche.

1825

Reprise et fin des travaux.
Louis-Philippe (1773-1850) inaugure l’Arc-de-Triomphe.

1832

Abel Blouet remplace Huyot à la suite du changement de régime.

1833

L’arc est consacré à la défense de la Patrie et non plus à la glorification des armées.
Quatre groupes sont sculptés : le Départ (par François Rude), le Triomphe (par Jean-Pierre Cortot), la Résistance (par Antoine Etex), la Paix (par Antoine Etex).

29 juillet 1836

Inauguration en présence de Louis-Philippe, roi des Français.

15 décembre 1840

Lors de la cérémonie du transfert des cendres de Napoléon, le cortège passe sous l’Arc-de-Triomphe.

Cortège du retour des cendres de Napoléon

22 mai 1885

Le corps de Victor Hugo (1802-85) est veillé toute la nuit sous l’édifice, avant d’être enterré au Panthéon.

14 juillet 1919

Les troupes victorieuses défilent sous l’édifice.

11 novembre 1920

Le corps d’un soldat inconnu, victime de la première Guerre Mondiale est inhumé au pied de l’arc.

1923

Désormais, la flamme du souvenir, dédiée à la mémoire des soldats tombés durant la Grande Guerre brûle dans son enceinte.

19 août 1944

Lors de la libération de Paris, le Général de Gaulle descend les Champs-Élysées en liesse.

Arc de Triomphe 18 juin 1945

13 novembre 1970

La place de l’Étoile devient officiellement la place Charles de Gaulle.

Au fil des ans, l’Arc de Triomphe a retrouvé sa vocation première, en devenant un symbole de patriotisme.
Depuis de Gaulle, chaque année, l’Arc de Triomphe est le passage obligé de toutes les grandes manifestations républicaines, comme le 14 juillet.

La flamme du souvenir est ranimée tous les jours à 18h30.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *