Biodôme de Montréal

L’érablière des Laurentides

Forêt mixte où les principaux feuillus et conifères des Laurentides peuvent être observés dans le milieu convenant à leur croissance, avec plusieurs habitats terrestres et aquatiques.

Exemple parfait de la capacité d’adaptation des êtres vivants à de forts contrastes climatiques, cet écosystème s’éveille, fleurit, se colore et s’endort au rythme des saisons.
Comme en nature, ce sont les variations de température et de luminosité qui déclenchent l’entrée en dormance des végétaux vers la fin de l’été, la coloration du feuillage à l’automne et le retour d’un printemps particulièrement hâtif.
Ces changements climatiques créent de véritables saisons dans l’érablière des Laurentides du Biodôme, où il est par conséquent possible d’observer l’évolution de cette forêt.

Superficie 1 518 m²
Paysage Des milieux terrestres et aquatiques se succèdent, évoquant ceux qu’il serait possible d’observer en descendant une montagne dans le parc de la Mauricie :
  • érablière à bouleau jaune
  • lac et ruisseau de montagne
  • terrain inondé par un barrage de castor
  • tremblaie à bouleau blanc, marécage
  • sapinière à bouleau jaune

Les rochers portent des traces qui témoignent du passage des glaciers qui recouvraient presque tout le Québec il y a 10 000 ans.

Climat Comme en nature, d’importants changements climatiques créent de véritables saisons dans l’érablière des Laurentides du Biodôme.
La température, qui est abaissée progressivement, permet d’induire la dormance des végétaux.
Le raccourcissement de la durée d’éclairement quotidienne contribue aussi à initier cet « hiver » végétal, maintenu pendant 8 à 12 semaines.
L’humidité relative oscille entre 45 % et 90 %.
Températures
  • 23° C au plus fort de l’été
  • 44° C la nuit
  • 12° C le jour
Végétation Elle se compose :
  • de feuillus : l’érable à sucre, le bouleau blanc, …
  • de conifères : le sapin, l’épinette blanche, …

Au printemps, les plantes à bulbe fleurissent avant que les feuilles des arbres n’apparaissent.
À l’automne, les érables tournent au rouge ou au jaune avant de perdre leur feuillage.
Les végétaux entrent alors en dormance.


La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …      La dormance …

En nature, à la fin de l’été, le raccourcissement du jour provoque un arrêt ou un ralentissement de la croissance des végétaux, accompagné d’une plus grande formation de bois et d’une accumulation de substances de réserve.
Puis, les feuilles tombent, la plante entrant alors véritablement en dormance.
À ce stade, elle ne revient pas « en végétation » même si elle est replacée dans des conditions favorables.

La durée de la dormance varie selon les espèces et l’origine géographique.
Mais les végétaux du Biodôme ont besoin d’une période d’exposition relativement longue à des températures froides avant de pouvoir effectuer leur retour printanier.

La dernière phase de la dormance est l’attente des conditions favorables à ce « débourrement« .
De façon générale, les températures situées entre 4° C et 10° C sont efficaces pour provoquer la fin de la dormance.

Au Québec, il est estimé que les arbres ne sont plus en dormance à partir du mois de mars ; à cause du maintien des basses températures, toutefois, le débourrement ne survient pas avant mai.

Faune Ce sont des animaux aux activités le plus souvent nocturnes :
  • des dizaines d’espèces de poissons
  • des amphibiens
  • des reptiles
  • des oiseaux
  • des mammifères : castor, porc-épic, loutre de rivière, lynx …

Érablière des Laurentides
Castor, Biodôme de MontréalPorc-épic, Biodôme de Montréal
Érablière des Laurentides, Biodôme de MontréalIris versicole, Biodôme de Montréal
Érablière des Laurentides, Biodôme de Montréal
Canard branchu, Biodôme de MontréalParuline à tête cendrée, Biodôme de Montréal
Achigan à petite bouche, Biodôme de MontréalLynx du Canada, Biodôme de Montréal
Couleuvre verte, Biodôme de Montréal


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *