Chat blessé

APPROCHER LE CHAT

  • Approcher un chat blessé avec précaution car il est susceptible de mordre ou de griffer.
  • Avant de le toucher, rechercher les symptômes suivants :
    • Attacher une fine bande de tissu autour de la queue ou la patte, entre le cour et la blessure (n’employer ni ficelle, ni élastique).
    • Le chat est conscient ou inconscient.
    • Le chat saigne ou il y a du sang sur le sol.
    • Il présente des blessures ouvertes ou des fractures.
    • La respiration du chat est normale ou laborieuse, rapide, superficielle ou absente.
    • Le chat semble être en état de choc.

      Lien : Premiers soins pour état de choc

    • Le chat est agressif, il crache la gueule ouverte, montre les dents, plaque les oreilles en arrière, a les pupilles dilatées, les poils du dos hérissé.

CALMER LE CHAT

  • Faire attention en calmant un chat blessé car, selon l’état de sa blessure et selon son caractère, il pourrait mordre ou griffer si la blessure est touchée.
  • Lui parler calmement et affectueusement.
    S’il ne manifeste aucune aggressivité, le caresser.
    Contrairement au tapotement qui peut le perturber ou provoquer une réaction d’aggressivité, c’est un geste doux et rassurant.
  • S’il est immobile, veiller à ce qu’il soit dans une position confortable.
    S’il tourne en rond et s’agite, l’enfermer dans un petit espace en compagnie d’une personne rassurante.
  • Si le chat semble avoir froid, par exemple, s’il frissonne ou tremble, le couvrir ou l’enrouler dans une couverture ou un morceau d’étoffe.
  • S’il semble avoir excessivement chaud, par exemple s’il est haletant, prendre un éventail ou une vessie remplie de glaçons pour faire baisser la température.

MANIPULER LE CHAT

Si le chat est inconscient mais respire

  • Faire rouler le chat sur le côté droit en inclinant la tête vers l’arrière.
    Puis placer la tête de sorte qu’elle soit en contrebas du reste du corps.

    Cette position présente les avantages suivants :

    • Elle dégage les voies respiratoires.
    • Elle empêche la langue d’obstruer les voies respiratoires.
    • Le vomi, les liquides et autres matériaux étrangers seront évacués par la bouche.
    • Elle permet de vérifier plus facilement la respiration et les battements du cœur du chat.

      Lien : les problèmes liés à la respiration

  • Le couvrir avec une couverture pour maintenir son corps à la température normale.

    La couverture ne doit pas gêner la respiration ou empêcher d’examiner le chat, comme par exemple :

    • la couleur des gencives et de la langue
    • le pouls
    • les blessures éventuelles

Si le chat est inconscient, ne respire pas et a éventuellement la langue bleue

  • Procéder immédiatement à la réanimation.
  • Vérifier s’il a une hémorragie avant de faire tout autre diagnostic.

Si le chat est conscient et agressif

  • Ne pas le toucher.
  • Prendre une couverture ou une serviette dans les mains, lui parler pour le rassurer, et l’envelopper rapidement et entièrment dans la couverture.
  • Palper la tête à travers la couverture pour évaluer les réactions du chat.
  • Si le chat semble moins agressif, le laisser dans la couverture et le saisir derrière les épaules en le prenant à 2 mains.
    Puis le mettre dans un panier ou une cage d’où il ne pourra pas s’échapper.
  • Emmener le chat chez le vétérinaire.
  • S’il n’y a pas à disposition de panier ou de cage, veiller à ce que le chat soit bien emmailloté avant de le transporter chez le vétérinaire.

Si le chat est conscient et n’est pas agressif

  • Frotter le dos de la main derrière les oreilles puis retourner la main pour le saisir par le gras de la nuque.
    Cette prise permet de bien le contrôler, particulièrement sa tête.
  • Examiner ensuite l’état du chat.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *