Cité médiévale de Carcassonne

Le Moyen-Âge

Entre 410 et 418

Théodoric, roi des Wisigoths, venue d’Europe orientale, battent les romains et s’installent en Gaule du sud et en Espagne.

Carcaso, appellée désormais « Carcasona« , est contrôlée par ces barbares après la dislocation de l’Empire romain.
Les Wisigoths conservent la péninsule ibérique et la Septimanie (l’actuel Bas-Languedoc) sur la bordure nord de laquelle Carcasona demeure l’une des villes frontière.

C’est pendant la domination des Wisigoths qu’est bâtie l’enceinte intérieure de la cité sur les débris des fortifications romaines.
En effet, la plupart des tours wisigothes encore debout sont assises sur des substructions romaines qui semblent avoir été élevées hâtivement, probablement au moment des invasions franques.
Les bases des tours wisigothes sont carrées ou ont été grossièrement arrondies pour recevoir les défenses du Ve siècle.

Du côté méridional de l’enceinte, des soubassements de tours sont élevées au moyen de blocs énormes, posés à joints vifs et qui appartiennent certainement à l’époque de la décadence de l’Empire.
L’enceinte wisigothe affecte une forme ovale avec une légère dépression sur la face occidentale, suivant la configuration du plateau sur lequel elle est bâtie.

CarcassonneCarcassonne
Carcassonne

Les tours, espacées entre elles de 25 à 30 m environ, sont cylindriques à l’extérieur, terminées carrément du côté de la ville et réunies entre elles par de hautes courtines.
Toute la construction visigothe est élevée par assises de petits mœllons de 0 m, 10 à 0 m, 12 de hauteur environ, avec rangs de grandes briques alternées.

De larges baies en plein cintre sont ouvertes dans la partie cylindrique de ces tours, du côté de la campagne, un peu au-dessus du terre-plein de la ville ; elles étaient garnies de volets de bois à pivots horizontaux et tenaient lieu de meurtrières.

439

Par le traité de paix qu’il conclut avec l’Empire, il demeure possesseur de cette ville, de tout son territoire et de la Novempopulanie, situé à l’ouest de Toulouse.

507

Clovis IerClovis Ier (466-511), roi des Francs oblige le roi des Wisigoths Alaric II (?-507) à se retirer plus au sud.
Les Wisigoths ne possédent plus en Gaule que la Septimanie, dont Carcasona devient une ville frontière.
Au cour du VIe siècle, Carcasona devient un évêché et une cathédrale, disparue aujourd’hui, domine la ville.

VIIIe siècle

Pépin le BrefPendant la conquête arabe qui triomphe des Wisigoths, la ville tombe sous le joug de l’Émirat de Cordoue.
Mais la ville est libérée et conquise par le roi des Francs, Pépin le Bref (714-768), qui s’impose alors dans toute la Septimanie.
Alors que Charlemagne devient Empereur, il répartit ces territoires entres plusieurs grandes familles afin qu’elles fassent régner l’autorité de l’empereur sur leurs nouveaux domaines.

Les Oliba au Xe, puis les Comminges-Couzerans au XIe siècle dirigent le comté de Carcassonne.
Grâce à des alliances et des mariages, le comté est agrandit.

1074

Sous la domination de Bernard Aton IV Trencavel (?-1129), fils d’Ermengarde de Carcassonne (?-1099) et de Raymond Bernard Trencavel (?-1074), le domaine regroupe les vicomtés de Carcassonne, Bézier, Limoux, Albi, Agde, et Nîmes.

C’est pendant sa souzeraineté que le château familliale est délaissé au profit du Palatium.

1082

Bernard Aton IV Trencavel, vicomte d’Albi, de Nîmes et de Béziers, se proclame vicomte de Carcassonne et récupère la cité de Carcassonne après une lutte contre les autres prétendants, mais sa mère est la vicomtesse en titre, et promet de la rendre à son possesseur d’origine Raimond Bérenger III (1082-1131), comte de Barcelone, après la mort de son père Raimond Bérenger II (1053-1082).

Mais, au contraire, Bernard-Aton compte asseoir son pouvoir dans la région.

La cité est alors divisée en 16 châtellenies : une partie de l’enceinte, comprenant en général 1 ou 2 tours, est placée sous la responsabilité d’un noble fidèle.

1093

Raimond Bérenger III est majeur et tente de récupérer Carcassonne.

1096

Le pape Urbain II (1042-1099) bénit les matériaux qui servent à la construction de la cathédrale Saint-Nazaire.

Lien : Basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *