Église orthodoxe russe de Biarritz

Accélérant le versement des dons des fidèles, c’est encore à la Société de Banque Parisienne que sont achetés, en 1889, les 1 000 m².
La construction, confiée à l’architecte Tisnés et à l’entreprise Denis Cousin, peut commencer, non sans une intervention personnelle de l’empereur Alexandre III auprès du gouvernement français.

Car les effets du combisme se faisaient déjà sentir, et l’Alliance franco-russe connaissait des détracteurs, parmi lesquels un jeune député du Var nommé Clémenceau.
Le futur « Père La Victoire » n’avait pas encore prévu le poids du sacrifice des troupes russes sur le front oriental en 1914, empêchant les Allemands de prendre Paris et permettant l’épisode légendaire des taxis de la Marne.

C’est le 13 octobre 1890, que la première pierre est posée devant une forte assistance dont le maire de Biarritz, et son conseil municipal.
L’appel du Comité fait affluer les dons des fidèles, résidents de Biarritz ou souscripteurs de Saint-Pertersbourg, certains en nature, notamment des œuvres offertes par des peintres russes de grand renom, Maïakowsky et Aïvasovski.

Enfin le 25 septembre 1892, un cortège solennel précédé des étendards et des saintes icônes fait le tour de la nouvelle église et la consacre à la « Protection de la Mère de Dieu et à Saint Alexandre Newsky« .
Il est conduit par l’archiprêtre Vassiliev, aumônier de l’ambassade Impériale et le hiéromoine Hérodion, chapelain de la colonie russe de Biarritz qui voient ainsi aboutir leurs patients efforts : treize longues années de démarches et la constitution d’un budget de 150 000 F, somme considérable pour l’époque.

biarritzegliseorthodoxe8biarritzegliseorthodoxe9

Pour un temps radieux, l’importante colonie russe est réunie autour de Son Altesse Impériale, le duc Georges Maximilianovitch et des autorités de Biarritz.
Un télégramme ainsi conçu est envoyé à l’empereur de Russie par le duc de Leuchtenberg :

« Les russes réunis à Biarritz, l’Ambassadeur de Votre Majesté en tête, ainsi que les représentants des autorités françaises me chargent de déposer aux pieds de Votre Majesté à l’occasion de la consécration de l’église orthodoxe à Biarritz l’humble hommage de leur profonde gratitude pour la haute protection gracieusement accordée par Votre Majesté à cette œuvre pieuse et patriotique ».

Alexandre III répond ainsi :

« Suis très touché des sentiments dont vous vous faîtes l’interprète des russes réunis à Biarritz, ainsi que des représentants des autorités françaises, et très heureux aussi de savoir l’église orthodoxe achevée ».

La nouvelle église ne peut contenir la foule qui se presse sur les marches et autour du bâtiment.
Après les nombreux toasts levés au cours du banquet qui suit à l’hôtel Continental, la sympathie et l’amitié franco-russe peuvent encore exprimer au cours d’une « fête de nuit » et d’un magnifique feu d’artifice organisés par la ville de Biarritz, ponctués par des « Vive la Russie » et les mesures d’hymne impérial « Dieu sauve le tsar« .

biarritzegliseorthodoxeethotelcarltonen1900

L’émigration russe suite à la révolution de 1917 puis l’arrivée d’autres émigrations ont fait que la communauté orthodoxe de Biarritz, bien que par son histoire de tradition russe, dessert aujourd’hui des orthodoxes de toutes origines.

Sous la juridiction du Patriarcat œcuménique de Constantinople depuis 1931, cette petite communauté assure une présence orthodoxe dans le Sud-ouest de la France et accueille les fidèles résidant dans la région et dans le nord de l’Espagne ou simplement de passage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *