Épisiotomie

Avantages de l’épisiotomie

  • Ne prévient pas le risque de survenue de déchirures graves du périnée.
  • Ne réduit pas le risque de survenue d’une incontinence urinaire.
  • Ne réduit pas le risque de survenue d’une incontinence anale.

Soignement de l’épisiotomie

  • La sécher car l’humidité, la macération de cette zone, les pertes, les lochies, causent un risque de désunion.
  • Ne pas solliciter des charges lourdes.
  • Bien la nettoyer et la sécher avec un séchoir à cheveux par exemple.
  • Possibilité de séchage à l’éosine, au mercurochrome.
  • Laisser la cicatrice à l’air ou même au soleil.
  • Si elle est douloureuse, s’assoir sur un coussinet ou une bouée gonflable.
  • Serrer les muscles du périnée et des fesses pour s’assoir.

Questions sur l’épisiotomie

L’épisiotomie est-elle douloureuse ?

Avant de procéder à l’incision, l’obstétricien attend toujours la prochaine contraction afin d’administrer l’anesthésie locale à sa patiente.

En effet, lors de la contraction, la pression exercée par la tête du bébé contribue largement à engourdir de manière naturelle toute la région du périnée, de sorte qu’aucune douleur supplémentaire n’est ressentie lors de l’injection.

Au moment de recoudre, la région du périnée est en général toujours sous l’effet de l’anesthésie, mais si jamais la patiente commence à avoir mal pendant la suture, le médecin peut envisager d’administrer une nouvelle dose d’anesthésie afin de ne plus rien ressentir jusqu’à ce que tout soit terminé.

Quelques heures plus tard, il est tout à fait normal d’éprouver de la douleur ainsi qu’une certaine gêne et ceci plus particulièrement lors des mouvements.

De même, les patientes venant de subir une épisiotomie éprouvent la plupart du temps certaines difficultés à s’asseoir, se lever et marcher, car la plaie est à ce stade toujours vive et douloureuse.
Comme toute cicatrice, l’épisiotomie prend quelque temps à se résorber et la douleur reste assez intense pendant les 4 ou 5 premiers jours.

Des anti-inflammatoires ainsi que des analgésiques sont bien entendu prescrits afin de minimiser toute sensation inconfortable, mais il existe aussi des crèmes anesthésiantes à utiliser sous avis médical.

Afin de réduire l’inflammation, certaines femmes appliquent des compresses glacées sur la région douloureuse pendant les premières 24 heures alors que d’autres effectuent des bains de siège tièdes pendant une vingtaine de minutes 3 fois par jour.
Ces techniques peuvent parfois s’avérer fort efficaces, mais quoi qu’il en soit, il faut toujours veiller à ne pas rester trop longtemps debout ou assise afin de ne pas irriter la plaie outre mesure.

Il existe également des coussins qui permettent aux femmes de se sentir plus à l’aise lorsqu’elles s’asseyent, mais pour un confort optimal, l’idéal est de rester allongé sur le côté pour réduire au maximum la pression exercée sur la cicatrice.

De plus, il vaut mieux éviter les vêtements et sous-vêtements trop serrés qui ne feraient qu’irriter la plaie et accentuer la douleur.
Si l’épisiotomie a été mal recousue, la reprise des rapports sexuels peut en outre s’avérer assez douloureuse, symptôme appelé dyspareunie.

Que faire après une épisiotomie ?

Il est important de maintenir une bonne hygiène afin de minimiser les risques d’infections éventuelles.

Pendant les 10 premiers jours correspondant à la phase de cicatrisation, il faut veiller à changer de serviettes hygiéniques toutes les 4 heures de temps, surtout si la perte de sang est assez conséquente.

Il est important de maintenir une bonne hygiène afin de minimiser les risques d’infections éventuelles.

Pour s’essuyer, il convient en outre d’aller du vagin vers le rectum pour éviter toute propagation de germes ou bactéries.

Pendant un pipi, verser de l’eau tiède sur la plaie afin de réduire la sensation de brûlure, mais dans tous les cas, il est impératif de bien se laver après chaque passage aux toilettes, car seule une bonne hygiène préviendra l’apparition d’une infection future.

Il est d’ailleurs souvent recommandé d’avoir recours à une solution antiseptique qui permet de mieux désinfecter la plaie et de bien se sécher pour que la région concernée ne reste pas humide.

Néanmoins, il ne faut pas non plus dessécher la plaie par des soins trop agressifs, car cela ne conduit la plupart du temps qu’à ralentir le processus de cicatrisation.

En cas d’épisiotomie médiane, il convient pendant les premiers jours de ne pas faire de mouvements trop brusques afin d’éviter toute déchirure du sphincter anal.

La reprise des rapports sexuels peut se faire dès que les sensations douloureuses disparaissent sensiblement, mais il est primordial de n’endommager sous aucun prétexte la suture, car il faudrait alors recommencer le long processus une nouvelle fois.

Après l’épisiotomie, il est aussi recommandé d’avoir recours aux exercices de manière régulière afin :

  • de rétablir plus vite la circulation sanguine dans la région du périnée
  • d’accélérer le processus de cicatrisation
  • d’améliorer le tonus musculaire

Les exercices du gynécologue Kegel, créé en 1940, servent à renforcer le plancher pelvien afin de favoriser la maîtrise de la miction et d’éviter les fuites d’urine.

Il faut faire les exercices de Kegel tous les jours, en contractant les muscles le temps de compter jusqu’à 3 ou 5 et en les relâchant pour un compte équivalent, en séries de 10.
Essayer de faire 5 séries de 10 par jour.
Se concentrer sur le rythme des contractions et des relâchements du muscle pelvien, pour améliorer le tonus musculaire.

Comment soulager les points sensibles ?

  • Placer quelque chose de glacé sur les points : un refroidisseur du congélo par exemple.
    Le froid engourdit la douleur.
    Il a été démontré que cette méthode fonctionne pour soulager les tissus endommagés.
  • Prendre un bain chaud et pour sécher, tapoter doucement les points avec une serviette propre.
  • Laisser les points à l’air libre et se reposer, au moins 10 minutes, couchée sur le dos, sur une serviette de bain placée sur le lit, au moins une ou deux fois par jour.
  • Faire de petites marches, le plus souvent possible, et pratiquer des exercices destinés à rééduquer le périnée : cela favorise la circulation et accélère le processus de guérison.
  • Appliquer des compresses d’hammamélis.
  • Prendre de l’acétaminophène aide également à soulager la douleur.

Quand est-il possible d’avoir des relations sexuelles ?

Une fois les points guéris, environs 6 semaines après, il n’y aucun problème à avoir des relations sexuelles.

La première fois, il est possible que ce soit particulièrement sensible.
Se détendre.
Au besoin, utiliser un lubrifiant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *