Extractions instrumentales

Quelques questions

Quand sont utilisés ces instruments ?

Pendant un accouchement difficile
  • Lorsque la mère est fatiguée.
  • Lorsque la mère est incapable de pousser pour extraire son bébé.
  • Lorsque des signes de souffrances fœtales ont été décelées lors de la deuxième phase du travail.
Pour maîtriser l’expulsion de la tête de l’enfant
  • Dans la présentation du siège (lorsque l’enfant se présente par les fesses).
Pour permettre de dégager la tête du fœtus
  • Lorsqu’elle est bloquée dans un petit bassin.
Pour raison médicale
  • La future maman n’a pas le droit de pousser, car elle a une maladie cardiaque par exemple.
Pour une naissance multiple
  • La future maman attend des jumeaux et a besoin d’aide pour donner naissance au deuxième bébé.

Obligations pour utiliser les extractions instrumentales

  • La dilatation doit être complète.
  • La présentation du bébé doit être céphalique.
  • Les membranes doivent être rompues.
  • La présentation doit être engagée.
  • Une anesthésie locale doit êre administrée, à moins que la mère soit déjà sous anesthésie péridurale.
  • La vessie doit être vidée.

Risques d’utilisation des extractions instrumentales

  • L’extraction instrumentale augmentent sérieusement le risque de blessures à la mère ou à l’enfant.
  • Augmentation considérable du risque de déchirure périnéale sévère, des voies génitales.
  • Les risques d’incontinence anale dans l’année qui suit l’extraction se voient augmentés dans la littérature médicale.
  • Elles sont souvent vécues de façon violentes par la mère, parfois même traumatisante, compte tenu des conséquences qu’elles peuvent avoir.
  • Possibilité d’occasionner des hématomes, des lacérations, et rarement, des séquelles à long terme pour le bébé.
  • La succion peut mener à la création d’une bosse séro-sanguine sur la tête du bébé (masse de sang et de sérum amassée sous le cuir chevelu) qui disparaît en quelques semaines.
    Elle augmente toutefois les chances d’une jaunisse du nouveau-né plus importante, compte tenu de l’excès de globules rouges que l’organisme se doit de décomposer par la suite.
  • Augmentation des risques d’infection chez la mère et le bébé.
  • Les complications liées à la ventouse sont :
    • l’œdème localisé au niveau du scalp, sans dangers qui disparaît au bout de quelques heures
    • le céphalhématome :
      • exige une mise en observation
      • se résorbe généralement au bout de 3 à 4 semaines
    • des déchirures et écorchures dont il faut déterminer si des points de sutures sont nécessaires
    • la nécrose, qui est extrêmement rare

Est-ce possible d’éviter l’accouchement assisté ?

Il est en tout cas possible d’en réduire le risque dans ces cas :

  • Être accompagnée de son partenaire ou d’une doula.
  • Favoriser la position debout pendant le travail.
  • Éviter l’épidurale.
  • Si la future maman est sous péridurale, attendre 1 heure après la dilatation complète ou jusqu’à ce qu’elle ressente le besoin urgent de pousser, avant d’essayer de pousser pour faire sortir le bébé.


1 thought on “Extractions instrumentales

  1. J’ai eu droit aux forceps pour mon premier et ça a été horrible. J’ai trouvé ça très douloureux. C’est impressionnant de voir comment la tête du bébé est tirée. En tout cas, chose certaine, je ne referais pas avec la prochaine fois !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *