Histoire d’Aigues-Mortes

Avant notre ère

Caius MariusLe site d’Aigues-Mortes est occupé depuis l’antiquité.
Une colonie grecque de l’île de Rhodes serait venue au Ve siècle avant J.C. se fixer à une embouchure du Rhône et aurait fondée la colonie de Rhodanusia.
De nombreux vestiges tels que des poteries, lampes, amphores, pièces de monnaies à l’effigie des différents empereurs romains, tuiles et lingots de plomb en attestent.
La ville aurait été établie par le général et homme d’État romain Marius Caius (157 avant J.C. – 86 avant J.C.) aux environs de 102 avant J.C.

VIIIe siècle

CharlemagneDéjà, Charlemagme (742-814) protège la côte en érigeant, en 791, la première tour, la Tour Matafère, dans ce petit hameau, au milieu des marécages pour la sûreté des pêcheurs et des ouvriers des salins.
La vocation de la Tour Matafère passe du plan guerrier au plan spirituel quand l’empereur d’Occident l’octroie à l’Abbaye de Bénédictins, consacrés à l’Opus Dei et dont les incessantes psalmodies, de jour et de nuit, font désigner leur couvent du titre de Psalmody ou Psalmodi.

En 812, le nîmois Badila offre ce couvent à l’abbaye.

XIe siècle

L’économie dominante autour d’Aigues-Mortes a d’abord été le sel.

En 1095, déjà le pape Urbain II (1042-99) prêche la première croisade, le 27 novembre, profitant d’un concile à Clermont (Puy-de-Dôme, 63) pour lancer un appel aux chevavliers afin qu’ils fassent le voyage à Jérusalem pour repousser les infidèles, à savoir les Turcs, et secourir les chrétiens d’Orient.

Première croisade
Pape Urbain II préside le Concile de Clermont

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *