Histoire de Biarritz

Otto von Bismarck Le 4 octobre 1865, Napoléon III, qui soutient la politique anti-autrichienne de la Prusse et le chancelier Otto von Bismarck (1815-98) se rencontrent à Biarritz.

En échange de la neutralité française dans les affaires allemandes, Bismarck propose à Napoléon III une entente italo-prussienne qui stipulerait, en cas de défaite de François-Joseph Ier d’Autriche (1830-1916), le transfert de la Vénétie au royaume d’Italie.

En 1867, la villa Eugénie est haussée d’un étage.

Le couple prend l’habitude de venir chaque année, jusqu’en 1868, profiter des bienfaits de la mer et du climat.
Dans son sillage, de nombreuses têtes couronnées découvrent cette bourgade.

En 1870, la population passe à 4 800 habitants.
Le succès de la ville profite aussi aux villages voisins de Guéthary et de Saint-Jean-de-Luz.

À la mort de Napoléon III, le 9 janvier 1873, la villa Eugénie devient propriété de l’impératrice.

En 1876, pour faciliter l’accès à la ville, une ligne de tramway est ouverte, reliant Bayonne, Anglet et Biarritz.
Elle est connue sous le nom de « BAB« .

Le 6 novembe 1880, veuve et ayant perdu son fils, Eugénie vend la villa à la Banque de l’Union Parisienne qui la fait transformer en hôtel-casino, baptisé le « Palais Biarritz ».

Le 13 octobre 1890, la première pierre de l’église orthodoxe russe est posée devant une forte assistance dont le maire de Biarritz, et son conseil municipal.

En 1891, les artisans et leurs familles représentèrent 42 % de la population et leur nombre ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que Biarritz se transforme en bourg, puis en ville.

L’installation en 1892 de la reine Nathalie de Serbie (1859-1941), la Princesse Frédérique de Hanovre (1848-1926), l’engouement des Grand Ducs russes et du Roi d’Espagne Alphonse XIII (1886-1941) font de Biarritz, une station balnéaire internationale.

Nathalie de SerbieFrédérique de HanovreAlexandre XIII d'EspagneSadi CarnotRaymond Poincaré

Le 13 mars 1888, en présence de la Princesse Frédérika de Hanovre, le Bristish Golf Club est inauguré.
Le parcours du Phare comporte alors 18 trous et un parcours de 9 trous réservé aux dames.

L’année suivante, Tom et Willie Dunn, architectes anglais réputés, sont contactés pour redessiner les links.
Le parcours s’étend alors jusqu’à l’actuelle Chambre d’Amour et inclut sur certains trous une fissure de l’océan, the chasm (le gouffre), qui en fait un parcours à la fois très sportif et d’une grande beauté.

SissiMarie-Christine d'EspagneIsabelle II d'EspagneAlphonse XII d'Espagne

Période prospère en Europe, c’est encore un rendez-vous de prestige qui reçoit des têtes couronnées, comme la reine Victoria ou l’impératrice Elisabeth d’Autriche (1837-98), dite Sissi, cherche là une consolation à son mal de vivre.
Elle y réside à 2 reprises en 1896 et 1897.

Elle devait revenir fin 1898, mais fut assasinée à Genève le 10 septembre 1898.

En 1897, l’archiduchesse d’Autriche, Élisabeth de Habsbourg-Hongrie (1831-1903) et sa fille, Marie-Christine (1858-1929) s’arrêtaient à l’hôtel Gardères, en route pour l’Espagne où la jeune princesse devait épouser Alphonse XII (1857-85), fils d’Isabelle II d’Espagne (1830-1904).

Rois de Würtenberg, de Belgique et du Portugal, princes russes, polonais et roumains, Grands d’Espagne et Lords Anglais donnent son « cachet » à Biarritz, qui compte alors 10 000 estivants à chaque saison.

Église orthodoxe de Biarritz
Lien : Église orthodoxe russe de Biarritz

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *