Idées reçues sur les chats

Mon chat rapporte des oiseaux encore vivants par cruauté

FAUX.
Un chat peut revenir tenant dans sa gueule un lézard ou un oiseau pour le déposer fièrement aux pieds de son maître, l’agitant dans tous les sens, le faire bouger avec ses pattes comme si c’était un jouet.
Il ne faut surtout pas s’effrayer à la vue de ces pauvres victimes et tenter de l’en débarrasser précipitamment.
En fait, il rapporte cette proie comme un trophée ou un cadeau.
Il joue avec elle pendant un moment puis la délaisse par manque d’appétit.
Bien nourri, le chat n’a pas besoin de chasser.
Il le fait par jeu et instinct.
Cette dépense d’énergie est nécessaire à son équilibre.

Un chat ne doit manger que 2 fois par jour

FAUX.
dans la nature, un chat sauvage mange de petites proies (souris, oiseaux …) faibles en teneur énergétique, ce qui fait qu’il mange plus souvent.
Les chats d’intérieur aiment garder cette habitude et peuvent aller se nourrir plus de 10 fois par jour.

Le chat saura toujours se débrouiller seul

FAUX.
Les personnes qui abandonnent un chat dans la nature se persuadent qu’il saura se nourrir et s’abriter.
Encore une fausse croyance.
Le chat est et reste toute sa vie un prédateur, mais ses instincts et surtout son efficacité de chasseur peuvent considérablement s’émousser dans la vie tranquille d’un chat domestique.
L’animal a souvent peu de réserve et il lui est bien difficile de trouver les 15 à 20 souris, moineaux ou autres mulots quotidiens pour subvenir à ses besoins.
Sans oublier que sur le plan psychologique, la rupture provoquée par l’abandon de ceux qui étaient sa famille peut gravement altérer sa capacité de survie.

Le chat adore le poisson

FAUX.
D’où vient l’idée reçue que le chat aime le poisson, c’est un mystère.
Animal du désert, déifié par les Égyptiens qui se nourrissaient de leurs pêches, le mythe du chat mangeur de poisson viendrait peut-être de là.
Les préférences alimentaires des chats sont liées plus à l’odeur qu’au goût.
Et certains chats n’apprécient pas toujours la senteur iodée.
Sans oublier que nourrir un chat exclusivement avec du poisson entraîne une carence alimentaire, notamment en vitamine B1 (pour la force musculaire).

Les chats ne s’entendent pas avec les chiens

FAUX.
Il s’agit uniquement d’un problème de socialisation et d’éducation.
L’idéal est de faire cohabiter chiots et chatons dès leur plus jeune âge quand le travail se fait tout seul.
Chez le chien, la période la plus adaptée s’étale entre 3 et 16 semaines.
Chez le chaton, dès l’âge de 4 semaines.
Habitué très tôt, le chat ne verra pas le chien comme un prédateur.

Pour adopter un chiot en ayant déjà un chat, il faut passer par 2 phases :

  • l’éducation du chien : contrôler toute velléité de poursuite
  • la familiarisation, où le chat fait tout le travail d’approche.
    C’est en effet à lui que revient tout le mérite d’une bonne relation future.

chatetchien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *