Histoire d’Aigues-Mortes

XIVe siècle

La ville reste prospère jusqu’à ce siècle, mais le port s’ensable suite au manque d’entretien causé par la concurrence de nouveaux ports rattachés au royaume de France dont Montpellier (Hérault, 34) le 15 juin 1349 et Marseille (Bouches du Rhône, 13) le 11 décembre 1481, et entraîne la décadence de la ville.

XVe siècle

Pendant la guerre de Cent Ans, a Cité est le théâtre d’affrontements sanglants entre Armagnacs et Bourguignons (factions ennemies, les premiers tenant de la maison de France, en lutte contre les anglais, alliés des seconds).

Investie par les Armagnacs, reprise par les Bourguignons par son gouverneur, est assiégée par Charles Ier de Bourbon (1401-56), au nom du dauphin de France.
Les habitants se soulevent et massacrent un grand nombre de la garnison en 1421 et les survivants sont jetés dans une tour, dite depuis la « Tour des Bourguignons« , et salés pour éviter la décomposition des corps.


La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …      La galéasse …

Pour naviguer, les marins italiens, français ou catalans utilisaient la galéasse, des navires à voile et à rames dont la longueur du navire faisait 3 fois sa largeur et celle-ci 2 fois sa hauteur.
De plus, ces navires étaient mieux armés que les galères.

Galéasse1
Ce grand vaisseau de bas bord était armé de canons sur les côtés à la proue et se composait de 3 mâts qu’elle en désarbore pas, c’est-à-dire qu’elle n’abat pas les mâts.


En 1447, le port s’ensablant, la flotte part s’installer à Marseille.

Louis XIEn 1461,Louis XI dont les navires sillonnaient la Méditerranée, notamment pour le commerce du Levant.

Pour mener sa politique commerciale méditerranéenne, il s’appuie sur Aigues-Mortes, Montpellier et Marseille.
Il supprime le privilège obligeant les commerçants entrant ou sortant du royaume à transiter par Aigues-Mortes.

En 1464, la cité devient le principal port d’approvisionnement pour le poivre et les épices qui circulent sur le Rhône.

De même pour le blé et le sel, dont le commerce a continué à attirer la navigation génoise en Provence et en Languedoc, pendant tout ce siècle.

En 1481, Marseille suplante Aigues-Mortes, lorsque la Provence est rattachée à la France.

XVIe siècle

François IerEn 1529, une épidémie de peste décime la population.
L’ordre est donné d’enterrer dans leurs propres maisons les victimes et de ne pas sonner les cloches pour les enterrements.

En 1532, conscient du problème perpétuel d’ensablement, François Ier (1494–1547) fait creuser le canal de Peccais reliant les salines à la mer.

Ce grau appelé Grau Henry finit par se refermer et en 1725, le chenal du Grau du Roi résout le problème reliant la cité à la mer.

Elle devient port fluvial grâce au canal du Rhône à Sète achevé en 1806.

Environs de Peccais et petite Camargue
En 1538, c’est le théâtre d’une rencontre fastueuse, entre Charles Quint (1500-58) et François Ier.

Charles QuintEn 1540, une nouvelle épidémie est signalée mais est assez vite enrayée.

De 1575 à 1622, Aigues-Mortes est l’une des 8 places de sûreté accordées aux protestants.

En 1586, une barque est saisie venant de Marseille où il y a la peste.
La ville est atteinte.
Les consuls louent un barbier et font construire des cabanes hors des remparts pour soigner les pestiférés.

Situation au XVIe siècle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *