Histoire de la Basilique Notre-Dame, Montréal

1870

Notre-Dame en 1870, Montréal

1872

Pour l’intérieur, c’est l’architecte québécois Victor Bourgeau (1809-88) qui est en charge de la réfection du décor, dont l’objectif est de modifier l’apparence intérieure de l’édifice, jugée trop sobre.

la décoration s’inspire de la Saint-Chapelle de Paris.
La voûte est constellée d’étoiles de feuilles d’or.
Les vitraux, exécutés en France, ils relatent l’histoire de Ville-Marie.

1889

Le curé Léon-Alfred Sentenne confie aux architectes Perreault et Mesnard la construction d’une chapelle plus intime, pour les cérémonies rassemblant un nombre restreint de personnes, comme les mariages et les funérailles.

1890-94

Sentenne commande à 5 jeunes peintres canadiens-français, soit Henri Beau, Joseph-Charles Franchère, Joseph Saint-Charles, Charles Gill et Ludger Larose (1868-1915), 14 tableaux à caractère religieux, destinés à être marouflés au troisième étage de la nef et des transepts de cet édifice néogothique.
À l’automne de 1890, de passage à Montréal, Larose signe le 6 décembre, avec son confrère Franchère, une lettre d’entente pour l’exécution des tableaux.

Trois ans et demi plus tard, soit le 30 juin 1894, le journal Paris-Canada, mentionne que Larose est sous peu de retour dans la métropole canadienne et qu’il vient de terminer 3 tableaux pour l’église Notre-Dame, dont Moïse frappant le rocher.
En vérité, le peintre exécute 5 tableaux au total, soit la Sybille de Tibur, la Dispute du Saint-Sacrement, le Paradis perdu, l’Annonciation et Moïse frappant le rocher, dit aussi le Rocher de l’Horeb.

8 décembre 1891

Baptisée Notre-Dame du Sacré-Cœur et située à l’arrière de l’autel, elle est inaugurée le jour de la fête de la Vierge, affichant un style néo-gothique riche en motifs sculptés.

Chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur, Montréal

1978

L’incendie du 7 décembre, vraisemblablement d’origine criminelle, l’endommage gravement le 7 décembre et sa reconstruction est confiée aux architectes Jodoin, Lamarre, Pratte et associés qui suggèrent de reconstruire les 2 niveaux de bancs à l’identique, en faisant appel à des ébénistes, sculpteurs et menuisiers travaillant selon des méthodes anciennes.
La voûte, en acier recouvert de bois de tilleul, reçoit un traitement plus moderne en permettant un éclairage naturel.
Sur les côtés, des lanternaux et la lumière naturelle glisse autour des panneaux triangulaires de la voûte, offrant un bain de lueur apaisant et serein.
L’autel également est rendu plus moderne.

Œuvre de Charles Daudelin, un impressionnant retable de bronze massif aux sculptures modernes, fondu en Angleterre, domine la chapelle, s’étendant sur toute la hauteur et se composant de 32 panneaux qui atteignent 17 m de haut, 6 m de large et pèsent plus de 20 tonnes.
Le bas-relief assemble différents niveaux de personnages et représente le long et difficile cheminement d’un homme pour atteindre les cieux, une marche de l’humanité vers Dieu.

1982

La nouvelle chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur est inaugurée.
Le pape Jean-Paul II l’élève au rang de basilique mineure, geste qui honore la valeur historique, architecturale et artistique d’une église.

1 thought on “Histoire de la Basilique Notre-Dame, Montréal

  1. Article fort sympathique, une lecture agréable.
    Ce blog est vraiment pas mal, bravo !
    Virginie B.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 DE4C.INFO | Theme: Storto by CrestaProject WordPress Themes.