Immigration au Québec – Canada

À savoir sur la demande d’immigration

Source : Citoyenneté et Immigration Canada @

À savoir avant d’immigrer

Le marché de l’emploi

Il est différent de celui de la France par exemple.
Il est possible de perdre son travail du jour au lendemain et d’ailleurs il n’existe pas de contrat de travail signé, seule la fiche de paie prouve qu’une personne a un emploi.
De même, un employé peut démissionner sans préavis.

Les diplômes étrangers

Ils ne sont pas reconnus.
Il est néanmoins possible de payer pour qu’ils le deviennent.
Mais qu’un étranger ait un diplôme reconnu ou non, il commence inévitablement au bas de l’échelle et doit faire ses preuves pour monter graduellement et lentement.

Cependant, il existe une entente France-Québec en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles :
Source :

  • Relations internationales
  • Entente entre le Québec et la France
  • Immigration et Communautés culturelles du Québec
Les enfants et les garderies

Pour ceux qui souhaitent immigrer avec des enfants en bas âge, il n’est pas aisé de trouver des garderies, de plus elles coûtent cher.
Dans la province du Québec, il existe des garderies subventionnées à 7 $/jour, mais elles sont trés difficiles d’accès et il peut y avoir le plus souvent jusqu’à 3 ans de liste d’attente.

Un atout majeur, l’anglais

Une bonne connaissance de l’anglais est obligatoire.

Perception du Français outre-Atlantique

Un Français est considéré comme un étranger et bien souvent il n’est pas vraiment le bienvenu.
Beaucoup de Français qui vivent ici en souffrent au niveau du travail mais aussi au niveau social car il est bien souvent impossible de se lier d’amitié avec des Québécois.

Les hivers

Ils peuvent être très rudes avec des pics à – 40° C.
Néanmoins, cette température est de plus en plus rare.
Avec un bon équipement (salopette, manteau, chaussures, …) il est possible de sortir quand même !

De plus, au fil des hivers, on s’habitue au froid.

L’argent de départ

S’assurer d’avoir beaucoup d’argent de côté en arrivant dans le pays car il faut bien, pour la plupart, 3 mois pour trouver un travail correct, si ce n’est plus.

La province du Québec demande aux potentiels candidats de justifier des fonds de 2 748 $ CAN/personne pour les premiers mois d’installation.

Pour notre cas, heureusement que nous en avions un peu plus !
Mieux vaut prévoir plus que pas assez dans ces cas-là !

Les salaires et impôts

Ils sont plus bas qu’en France et les fiches de paie sont aux 15 jours.
De plus, les impôts sont prélevés à la source et au printemps un réajustement est effectué, le plus souvent en remboursant une partie des impôts.

La santé

Il n’y a aucun frais à avancer lors d’une visite chez le médecin ou à l’hôpital.
Par contre, pour obtenir un rendez-vous auprès du médecin, il faut désormais attendre au moins 6 mois, voire 1 an dans la plupart des cas.
Certains autorisent des visites sans rendez-vous 1 ou 2 fois par semaine, il faut se lever à 5 ou 6 heures pour être le 1er, la file d’attente commence très tôt, même si le médecin ne consulte qu’à partir de 8 heures.
Pour les urgences, il faut compter au moins 12 heures d’attente en moyenne.

Les frais gouvernmentaux (chiffres de 2007)

les frais gouvernementaux relatifs aux demandes d’immigration ne sont pas les mêmes pour le Québec et pour le Canada : pour une demande à destination du Québec, il faudra payer les frais gouvernementaux du Québec au moment du dépôt de la demande et, après acceptation, payer les frais de traitement de demande et de droit d’établissement au gouvernement canadien.

Frais gouvernementaux canadiens
=> traitement de la demande :
frais non remboursables et payables au moment du dépôt de la demande :
550 $/adulte et 150 $/enfant de moins de 19 ans.

=> droit d’établissement :
frais payables après acceptation : 475 $/adulte et aucun frais pour les enfants.

Frais gouvernementaux du Québec
=> traitement de la demande :
frais non remboursables et payables au moment du dépôt de la demande : 390 $ pour le demandeur principal et 150 $ pour chaque personne à charge, incluant le conjoint.

Petite conclusion personnelle

Tout ceci ne sont que des faits vécus ou non et loin de là une généralité.
Chaque cas est différent et chaque perception des choses est différente, aussi pour l’un l’intégration sera facile et pour un autre bien plus difficile.
Mais il est quand même bon de savoir qu’immigrer dans un autre pays, ce n’est pas forcément mieux, même si l’on croit que l’herbe est plus verte chez le voisin.

En ce qui nous concerne, nos débuts au Québec ont été très difficiles dans tous les domaines et puis petit à petit les choses ont mieux tournées, avec de la patience et de la persévérance car il ne faut pas se décourager mais continuer.

Pour finir sur une note positive, je dirais que si nous vivions en France nous n’aurions pas 4 enfants mais seulement 2 peut-être.
La vie ici est certainement plus facile, beaucoup de choses ne sont pas chères, il n’y a qu’à aller à Walmart, le magasin à bas prix par excellence !
Côté nourriture, nous mangions au début comme des Français et forcément cela était dispendieux, mais une fois que nous nous sommes intégrés et pris les habitudes d’ici, manger comme ici, le budget repas n’est pas si élevé.

Surtout ne pas comparer d’un pays à l’autre, ne pas dénigrer, c’est différent c’est tout et il y a du bon et du mauvais dans chaque pays, des avantages et des inconvénients dans chaque pays.
Choisir de s’expatrier, c’est une belle aventure, l’envie de bâtir une nouvelle vie ailleurs donc pas comme dans son pays d’origine, donc il faut surtout y être bien préparer en prenant conscience que la vie sera différente, la culture sera différente, la mentalité le sera aussi, etc …

Il faut simplement rester positif, tolérant, ouvert, avenant et avoir envie de s’intégrer.

Immigration québec

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 DE4C.INFO | Theme: Storto by CrestaProject WordPress Themes.