Paris médiéval

Rue Jean de Beauvais

Rue Jean de Beauvais
Voici la chapelle du collège de Dormans-Beauvais, fondée en 1370, et dont la façade a été remaniée sans élégance, mais qui a conservé sa flèche d’origine.

La chapelle appartient à la Roumanie et elle est une des églises orthodoxes de Paris.
(accessible dimanche matin, forte odeur d’encens, comme dans les églises au Moyen-Âge).

Elle s’appelle aussi Église des Saints-Archanges.

Chapelle du Collège de Dormans BeauvaisChapelle du Collège de Dormans Beauvais

Rue Galande

Poursuivre par la rue des Anglais, du nom des étudiants de la « langue angloise » qui l’habitaient aux XIIIe-XIVe siècles.
Tourner à gauche dans la rue Galande, ancienne voie médiévale qui tire son nom d’Étienne de Garlande (1070-1151), favori du roi Louis VI le Gros , qui y possédait un clos de vigne.

Lotie après sa disgrâce (1127), elle devient très commerçante : sur le registre des impositions de 1292, 50 imposés notables y figurent, représentants 16 métiers différents.
Bordée au XIIIe siècle par un cimetière juif, elle garde quelques maisons à pignons, et des fragments de la chapelle Saint-Blaise, qui recevait la confrérie des maçons et des charpentiers.
Elle devient misérable au cours du XIXe siècle avec une population affamée et des bouges douteux, repaires de gueux et d’alcooliques, tels le Château rouge ou la crèmerie Alexandre décrits dans la « Bièvre et Saint-Séverin » de Joris Karl Huysmans (1848-1907).

Lien : biographie de Louis VI le Gros

au n° 42 : bas-relief du XIVe siècle représentant Saint Julien l’Hospitalier

Rue Galande
Traverser la rue Saint-Jacques, l’une des plus anciennes voies de circulation de la capitale, avant même l’arrivée des Romains.
Contourner l’église Saint-Séverin par la rue du même nom et la rue des Prêtres-Saint-Séverin.

Seul rescapé du massacre perpétré par ses oncles Childebert (497-558) et Clotaire en 524 où Théodebald et Gunthar, enfants de Clodomir, furent tués, le dernier petit-fils de Clovis, Clodoald (522-560), élevé dans un monastère, devient le disciple de l’ermite Séverin.
Une chapelle érigée à l’emplacement de son oratoire devient paroisse au XIe siècle.

L’église actuelle est construite au XIIIe siècle pour le clocher et les 3 premières travées de la nef.
Elle est agrandie et achevée tout au long des XIVe et XVe siècles, et constitue, malgré ses éléments disparates, un magnifique résumé de l’architecture gothique.
La décoration du chœur en placage de marbre est entreprise à partir de 1684, grâce aux dons de la Grande Mademoiselle, cousine germaine de Louis XIV.

Louis XIVGrande DemoiselleAssassinat de Theodebald et Gunthar

Sur le côté, et dans la rue de la Parcheminerie (nom du XIVe), ancien cimetière et restes des galeries (en partie reconstruites) qui abritaient les charniers.

1 thought on “Paris médiéval

  1. Superbes pages qui donnent beaucoup d’informations pertinentes et belles photos ! Très beau blog, bravo ! Olivier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *