Histoire du chat

À travers le monde

Asie

Les témoignages sur la domestication du chat en Asie remontent à près de 3 000 ans.

Inde Il en est fait mention dans des textes sanscrits et dans les légendes où il est la représentation de la déesse Satsi.
Les chats ont bien souvent tenu une place importante dans les cérémonies religieuses ou occultes.
Chine et Thaïlande Sous la dynastie des Han (206 avant J.C.-220 après J.C.), où il était le compagnon des femmes puis, plus tard, celui des moines bouddhistes.
Il est curieux de constater que la religion a toujours protégé les chats, sauf peut-être au Moyen-Âge en Europe, où ilfut associé aux cultes démoniaques.
Japon Vers l’an 1 000, le chat fut importé là-bas où la famille impériale l’adopta.
Ce succès ne s’est jamais depuis démenti.

Amérique du Sud

Les Incas vénéraient les chats.
On en trouve par ailleurs des représentations dans l’art péruvien précolombien.

Europe

On doit probablement l’implantation du chat en Europe Méridionale et du Nord aux légions de Jules César.

Là encore, ce sont les moines qui en ont compris les 1ers l’utilité, lui confiant le rôle de gardien de leurs récoltes.
Il devint également l’attribut de nombreux saints.

De nombreux foyers l’adoptèrent et il gagna rapidement sa place d’auxiliaire de l’homme, au même titre que le chien ou le cheval.
Ce statut privilégié dura de nombreux siècles, conforté par le rôle essentiel du chat lors des grandes invasions de rats que connît l’Europe.

Puis, au début du XIIe siècle, il fut « trahi » par l’Église, en raison des cultes païens qui l’associaient à Freya, déesse nordique de la fertilité.

On assista alors à une période noire, au cours de laquelle le chat fût pourchassé, persécuté et sacrifié, souvent d’horribles façons.

leonarddevincietudedumouvementduchatpierrebonnardlechatblanc

Renaissance

Il fallut attendre la Renaissance, et la fin de l’Obscurantisme, pour que le chat retrouve enfin sa quiétude et gagne même, dès le début du XVIIe siècle, une place prépondérante auprès des artistes, de la bourgeoisie et de l’aristocratie, en qualité d’animal de compagnie.

Peu à peu le chat fut à nouveau toléré.
Les talents de prédateur et ses qualités de chasseurs de rats furent reconnus et appréciés au chat au milieu du XIVe siècle lorsqu’une épidémie de peste véhiculée par les rats, appelée la peste noire, décima l’Europe.

Sauvé par son pire ennemi le rat, le chat retrouve donc une place de choix dans la société.

À la fin de la renaissance certaines personnalités (Richelieu, Montaigne, Mazarin) mettent en avant les qualités du chat ou leur amitié envers eux.

On peut aussi remercier Louis XV pour son interdiction des bûchers de chats à la St-Jean.

Aujourd’hui

Ce sont les Anglais qui, au XVIIIe siècle, se passionnèrent pour ce félin au point d’en commencer la sélection et les expositions.

Les poètes, les peintres, les écrivains rendirent hommage à sa beauté et la grâce de son corps.

Le chat redevient à la mode : la première exposition féline eut lieu le 13 juillet 1871 au Crystal Palace de Londres, organisé par l’écrivain et artiste amoureux des chats Harrison Weir (1824-1906), et où plus de 300 chats étaient présents dont une majorité de Persans (appelés alors angoras) et de chats gouttière.

crystalpalaceen1871
harrisonweirlivresurleschats
Le 6 mars 1881 a lieu le premier spectacle de chats aux États-Unis.

En France, la première exposition féline a eu lieu en septembre 1896 au Jardin d’Acclimatation.

On s’occupe de plus en plus de nos petites boules de poils, notamment en l’emmenant au vétérinaire, en lui servant des repas prépars avec amour, en le laissant dormir dans un coin douillet de la maison …
Les médias le mettent en avant à travers de bandes dessinées (Félix le chat …), puis à la télévision et au cinéma …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *